La vie d’expat un an déjà

C’est un article qui me tiens à coeur et que j’avais envie d’écrire depuis fort longtemps.

Nous sommes parti maintenant depuis plus d’une année, loin de nos habitudes française et du confort normé de notre Europe.

Ici la vie est tellement différente que la seule solution pour être heureux est d’oublier son quotient et de se fondre dans la masse.

C’est vraiment la chose la plus importe pour bien vivre son expat, alors certain diront surement que l’on en perd de son identité mais à quoi bon aller si loin pour reproduire exactement ce qui nous a donné envie de partir. Au lieu de perdre mon identité, j’ai a contrario trouvé qui je Suis même si le chemin pour y arriver reste encore long.

J’entends souvent dire que les Vietnamiens ne sont pas très « friendly » souriant et de temps en temps un peu filou et dans ces propos je n’arrive pas à retrouver l’expérience que nous vivons depuis si longtemps.

Le peuple Vietnamien est doux, généreux et Bienveillant, il suffit de sortir des sentiers battu, loin du circuit touristique de base, pour découvrir le Vrai Vietnam. Un Vietnam authentique où la population est heureuse de vous connaitre et d’échanger avec vous.

Ici j’ai appris a sourire même aux inconnus dans la rue, car c’est ensuite, en réponse que les visages s’illuminent et de vrais moments de partages commencent.

Il m’est impossible de me rappeler combien de fois des Viet se sont arrêté pour nous aider avec notre scooter (des vrai galériens ! ) ou pour nous montrer notre chemin, certain même nous ont accompagné jusqu’à destination pour être sur que nous nous perdions pas.

On apprend aussi beaucoup car, loin de son confort, on ne peut réellement compter que sur soit. Sur cette année j’ai appris à déplacer ma zone de confort, à accepter les choses comme elles le sont, sans en faire toute une tragédie. Une araignée aussi grosse que la paume de ma main pas de problème, un serpent dans le jardin Idem ! Pourquoi être prise de panique alors que cela ne va en rien arranger les choses.

Il nous est souvent arrivé de dormir ou manger dans des endroits que mes yeux de Française considéreraient insalubres et pourtant en un an nous n’avons jamais été (vraiment) malade. Notre éducation, la société nous impose des normes et les limites du tolérable et pourtant il est si facile de vivre différemment.

En une année, nous avons aussi appris a limiter nos besoins, le tout dans une démarche de décroissance et d’écologie, il est certain qu’aujourd’hui je suis plus heureuse avec rien que je ne l’ai jamais été avec TOUT.

Alors qu’avant pour me remonter le moral, je filais faire du shopping pour me sentir Etre en possédant, aujourd’hui je passe un moment a regarder un ciel étoilé ou la nature pour me sentir foncièrement comblée.

Ici on ne vit que dans l’instant, le futur si fragile ne compte pas et le passé souvent si pesant se laisse oublier. Je ne fais plus de plans pour demain, car demain ne se déroulera peut être pas comme prévu, donc à quoi bon !

Avant, obnubiler par le « jour d’après », à faire des plans, des projections qui une fois sur 2 ne se déroulaient pas comme prévu.

Bref en pensant à demain, j’en oubliais de vivre l’instant et d’être dans le présent. La tête dans le futur, c’est aujourd’hui que je laisse filer.

J’espère que le jour du grand retour, je garderais tout cela en moi.

Ne pas repartir dans des travers qui me rendent si confortablement malheureuse.

5 Commentaires

  1. Bien vu , c’est la vraie vie ! s’habituer a être « Dépouillé « de tout l’ inutile rend meilleur et visionnaire ..
    gros bisous a tous les deux
    PAt

  2. C’est ce qui permet de relativiser quand on rentre en France !
    C’est d’une telle richesse ces rencontres au bord d’un chemin, on n’oublie rien, c’est la Vie tout simplement !

  3. Gennaro Varchetta

    Moralement vous étes très fort vivre une nouvelle vie en analysant avec acuite et réalisme votre situation c ‘ est formidable.
    je suis sur qu’ en rentrant vous saurez bien définir les bordures exactes de votre vie en France sans nostalgie et avec le courage qui vous a toujours habite

  4. Waouh… quelle prise de conscience, quel recul ! La phrase de la fin résume tout… Magnifique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.