Tu fais quoi de tes week-ends ?

Ça fait longtemps que nous n’avons pas posté sur notre rubrique Humanitaire ni même fait de grande action, et pourtant nous sommes loin d’être inactif.

Actuellement nous passons 2 week end par mois dans un orphelinat dans le nord du pays, pour passer du temps avec les enfants, les grands comme les petits. Nos actions sont donc distillées régulièrement en apportant un peu de confort et de lait pour ces enfants et jamais en grande quantité, pour être sur que ce que nous apportons reste aux enfants.

Enfin bref tout ça pour vous recadrer le contexte et surtout pour vous raconter une histoire, l’histoire que je m’invente dans ma petite tête pour que ces week-ends soient joyeux et constructifs pour ces enfants.

Il y a deux possibilités je pense, quand on vit ce genre de choses et que nous sommes témoins du quotidien de ces enfants, soit on regarde cela en face la brutalité de la situation et le temps ne peut que décourager, soit on s’invente un petit monde plus douillet qui nous permet de vivre les choses sur le long terme et de continuer à agir.

Donc je vais vous raconter l’histoire de Freud, Bébé Rigolo, Bébé grosse tête, Cliffernger et tous leurs copains, car dans cette petite pièce mal isolée ils sont nombreux, livrés à eux meme sur des lits sans protections où les chutes sont monnaie courante.

Commençons par mes chouchous, Freud, une petite fille toujours perdue dans ses pensées, le regard vide et pensif.  Souvent je me demande à quoi elle peut penser du haut de ses 1 an, j’en ai déduit qu’elle devait être en pleine écriture de sa thèse « le riz est-ce vraiment la Vie ? » toujours à vouloir l’améliorer ce qui lui prenait toute son énergie de bébé. Depuis quelques temps j’ai l’impression cela va mieux que sa thèse est finie, elle est plus souriante et gazouille, peut-être que son champs des possibles s’est ouvert avec les petits plats spéciale bébé que j’apporte chaque week end 🙂

Connaissez-vous le film Cliffenger, avec Stalone, je crois que dans ce film il est coincé sur une haute montagne lors d’une excursion en escalade, enfin bref Notre Cliffenger ici est aussi une petite  fille qui a une technique bien à elle pour sortir des lits à barreaux, elle escalade sans corde ni équipement son lit pour aller faire des bêtises ! Et sa dernière ascension lui a valu 6 jours d’hôpital, heureusement que j’étais dans le coin lors de sa chute, en espérant que le week end prochain elle sera parmi nous et ira mieux.

Pour Bébé Grosse tête, les choses sont plus difficile entre nous, car c’est insoutenable de le regarder, mais cela reste un bébé même si son hydrocéphalie ne lui laisse que quelques mois devant lui. C’est toujours très difficile de voir un enfant souffrir même si avec le temps notre seuil de tolérance a évolué. Alors quand Bébé grosse tête pleure je lui tiens la main et lui chante une chanson, c’est surement la seule chose que je peux faire pour lui.

Mais revenons à « Bébé Rigolo », alors celui-ci c’est une perle il rampe à même pas 6 mois pour venir voir quelle surprise se cache dans mon sac à dos et la moindre caresse il sourit comme un bien heureux.

Quand il y a de la musique je danse avec le 1er qui me tant les bras, on rit et on joue !

J’apprends aux moyens à taper dans les mains en criant High Five (tape m’en 5), on fait des gateaux avec du sable et on joue à cache cache.

Chez les grands on a « Hello » qui dès qu’il nous voit court comme un fou pour nous faire un câlin, alors j’oublie à ce moment là qu’il est sale pas lavé depuis plusieurs semaines, et je le sers dans mes bras.

On a aussi « I Love You » Un jeune trisomique d’une trentaine d’année qui me parle comme si je comprenais le Vietnamien, souvent nous avons des débats poussés chacun dans sa langue pour savoir si oui ou non il doit …… ben en fait je sais pas  trop quoi 🙂 mais je lui dit souvent qu’il doit rester prudent et pas faire des 400 coups. N’oublie pas « I love You » fait profile bas, les choses seront plus simple.

Voilà mon petit monde et les histoires que je me raconte, les surnoms que je leurs donne, cela me protège et me permet continuer à sourire, à être heureuse afin d’apporter à ces enfants et ces jeunes un peu de réconfort et de lumières dans leurs vies.

6 Commentaires

  1. Très belle histoire que la vôtre. Et merci de nous faire profiter de vos rencontres avec ces enfants du bout du monde.

  2. Comment dire…………….Une grosse émotion à la lecture de ce récit…
    Votre empathie envers ces enfants abandonnés force le respect ! Quelle belle leçon vous nous donnez!
    MERCI !

    • Savoir que ces quelques mots touchent et que je j’arrive à transmettre l’émotion qui souvent me gagne ces week ends là, me va droit au coeur . Merci !

  3. trés touchés par ce témoignage nous vous suivons lors de votre périple et nous vous adressons nos plus affectueuses pensée et tous nos encouragements pour vos futurs projets Bravo ! Georges et christine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *